Category: découvertes


Éric Nguyen, animateur de l’atelier d’Enluminure, vient de créer son site internet : http://illuminare.fr

De magnifiques enluminures et calligraphies à admirer!

site-illuminare-eric-nguyen

Publicités

Aligner les signes d’écriture (pictogrammes, idéogrammes, phonogrammes) pour les tracer dans l’argile, sur la pierre, le parchemin… n’a pas toujours été comme nous pouvons l’imaginer.

Il y a plusieurs façons d’aller d’un point à un autre. Et la ligne d’écriture peut changer de direction.
Les inscriptions romaines étaient rectilignes, mais celles des aztèques étaient courbes, et pouvaient être en spirale chez les crétois.

Oghuz nâme

Oghuz nâme

 

Il arrivait même que le sens de l’écriture ne soit pas le même que celui de la lecture. L’écriture ouïgoure (« Oghuz nâme » Asie centrale, XV° siècle) pouvait être réalisée de haut en bas, puis en tournant la feuille d’un quart de tour, lue de droite à gauche.

Les plus anciennes écritures alphabétiques s’écrivaient de droite à gauche (grec ancien), puis se sont orientées de gauche à droite (depuis le IV°siècle avant J.C.), en passant par le stade dit « en boustrophédon » (du grec bous bœuf et strophein tourner, soit en imitant le va-et-vient du bœuf labourant le champ : alternativement une ligne de droite à gauche, une ligne de gauche à droite).

Des inscriptions rongo-rongo découvertes sur l’île de Pâques sont en boustrophédon inversé.

 

 

 

 

Les hiéroglyphes égyptiens sont disposés en colonnes ou en lignes, avec une préférence de lecture de droite à gauche et de haut en bas, les caractères chinois de haut en bas.
On n’a apparemment pas découvert de système d’écriture réalisée de bas en haut…

 

Plusieurs facteurs sont à l’origine de ces changements : supports (tablettes d’argile, parchemin, pierre…), outils (stylet , plume, calame…) ou position du scribe (au sol, sur un siège, dehors ou à l’intérieur d’une maison).

 

 

Une autre vision, plus moderne, plus poétique, du changement de direction de la ligne d’écriture est le calligramme. Ce terme a été « inventé » par Guillaume Apollinaire en 1918, pour désigner ses poèmes, donnant un aspect visuel figuratif en prenant des formes diverses (fontaine, cravate, montre…).

Calligramme de Guillaume Apollinaire

Calligramme de Guillaume Apollinaire

(mes sources : l’ABCdaire des Ecritures Ed.Flammarion-BNF)

%d blogueurs aiment cette page :